Oh my Buddha! Une histoire de karmas…

Vélo, tarot, bobo

Me balader en vélo dans Bagan faisait partie de mes rêves. Il s’est depuis concrétisé et c’était une très belle journée, la première de ma vie je crois où j’ai assisté à la fois au lever et coucher du soleil, enfin je veux dire ceux de la catégorie « carte postale », pas ceux des « metro, boulot, dodo » (pensée émue pour mes amis parisiens).

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

« Oh my Buddha »… On compte des milliers de bouddhas parmi les 3000 temples de la plaine de Bagan… Mais c’est aussi ce que nous a dit avec humour un gardien de temple pour contre-balancer le « oh my god » des touristes qu’il entend régulièrement. Et l’on a vraiment envie de crier « oh my buddha! » quand on découvre ce lieu unique !

C’est l’une des régions les plus sèches de la Birmanie, on avale de la poussière du matin au soir, en tout cas au mois de mars qui marque justement la fin de la saison sèche. Mais cette poussière ajoutée à la brume du matin donne un côté presque mystique au lever de soleil (sauf si des touristes bruyants sont dans les parages). De véritables paysages d’aquarelles…

Myanmar - Bagan

Myanmar - Bagan

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

 

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

P1070047 - Copie - Copie

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

Au delà de ces paysages magnifiques presque surréalistes, ce sont les rencontres que j’ai faites â Bagan qui m’ont également tant fait apprécier le site.

Tout d’abord la rencontre de trois françaises en vadrouille, avec des parcours de baroudeuses plus ou moins longs, qui m’ont gentiment invitée à passer la journée avec elle, sachant que nous partagions l’envie de louer des vélos et de partir avant l’aube.

P1070010 - Copie - Copie

P1060900 - CopieAprès avoir admiré le lever du soleil, nous avons repris nos vélos et c’est seulement à ce moment là que j’ai réalisé que la raison pour laquelle le trajet aller m’avait paru si laborieux était parce que je roulais avec un vélo à plat. Je ne m’étais pas rendu compte que mon pneu arrière était crevé… la veille au soir tout semblait ok ! J’avais en effet loué le vélo dès la veille pour assister au coucher de soleil et n’avais eu aucun souci. Mes compagnes de voyage se sont montrées particulièrement compréhensives et sympathiques en attendant avec moi pendant une bonne heure que le ‘garage’ de fortune trouvé sur la route répare mon pneu. Elles ont aussi eu la bonne idée de sortir un jeu de tarot, qu’elles trimballent apparemment constamment avec elle. Moi qui suis en général plus proche de la chèvre côté karma, j’avais un jeu très prometteur et j’ai eu ces cartes-là en retournant le chien : le roi de coeur, le roi de carreau, le 21, l’Excuse et deux cartes sans importance.  C’est ce qu’on appelle avoir du chien !! Il faut croire que mon karma avait changé à 8 heure du matin le 4 mars 2014 🙂

Nos estomacs criant famine après cet incident de vélo imprévu, nous avons pris un petit déjeuner royal dans un charmant  restaurant de Bagan, The Moon. Pancakes banane, macchiato et yaourt maison au miel qui valait bien ceux goûtés en Crète que je trouvais délicieux.

P1060906 - Copie

Nous avons poursuivi la journée par la découverte de plusieurs temples phares et fait une belle pause déjeuner aux heures chaudes (40 degrés à l’ombre…) dans un bon resto végétarien, sans oublier la désormais traditionnelle partie de tarot.

P1050636Le sens du vent a dû changer entretemps car lors de nouvelles visites de temples l’après-midi, j’ai marché sur une petite branche avec des épines et ai récupéré une écharde sous la plante du pied. Il faut en effet être pieds nus pour respecter les temples bouddhistes (soit pratiquement un quart de mon séjour en Birmanie !) et couvrir épaules et genoux. Le sol est en général à peu près correct mais parfois franchement sale, recouvert de poussière ou de crottes d’oiseaux. Et parfois aussi, très rarement, d’épines…
J’ai donc eu droit à une session un peu douloureuse le lendemain matin afin que l’une des mes compagnes de voyage m’ôte l’écharde qui me faisait mal. J’ai enfin compris pourquoi il était utile d’avoir un briquet en voyage… Stériliser l’aiguille !

P1070081 - Copie - Copie

J’aurais pu également appeler le sous-titre de cet article « Vélo, tarot, dodo » car j’ai sombré immédiatement après une telle journée. Nous avons fait une course contre la montre en fin de journée à la recherche d’une pagode recommandée pour ses belles vues « coucher de soleil », et quand nous l’avons finalement trouvée après avoir traversé des terrains sableux et caillouteux, le site était bondé de touristes et le coucher de soleil se terminait. Nous étions en nage mais la situation était tellement comique que nous avons éclaté de rire. Le retour à la guesthouse a été également quelque peu épique avec 40 minutes de routes quasiment pas éclairées, la lumière de mon vélo minable (la frontale mise sur mon cou à l’arrière pour que l’on puisse me voir…), parfois des bancs de sable sur les chemins qui menaçaient régulièrement de nous faire déraper à côté des calèches et des bus de touristes… Sans oublier une ronce qui s’est insérée dans ma roue avant cette fois ! Mais heureusement elle a tenu le coup et moi aussi…

Dans la série bon karma (nouveau changement du sens du vent ?), Bagan m’a également permis de retrouver un ami australien que je n’avais pas vu depuis 6 ans. Je savais qu’il voyageait en Asie du Sud Est en travaillant pour un tour operator, mais nous n’avions pas planifié de nous retrouver dans un endroit particulier sachant que son trajet est très précis, qu’il traverse plusieurs pays avec ses clients, et que j’avais aussi quelques contraintes de trajets. Le bon karma a fait que nous nous sommes retrouvés à Bagan au même moment ! Nous avons passé une belle journée « chill out » en testant au passage les minuscules e-bikes de Bagan. Vu le gabarit de Mick et le mien, nous ne passions pas vraiment inaperçus…

P1070091 - Copie P1070125 - Copie P1070174 P1070203

Bagan restera pour moi un endroit remarquable plein de bons souvenirs et de rires. Un endroit où j’ai également réussi à lâcher prise un peu plus car je suis partie pour Kalaw sans même réserver de nuit d’hôtel, une grande première pour la grande ‘planificatrice’ que je suis !!

Je retiens aussi que les petits déboires et imprévus sont parfois porteurs de très bons moments quand on sait relativiser et prendre les choses du bon côté… Merci à Emilie, Hélène et Isa pour cette belle leçon de décontraction !

Publicités