Thanaka : la crème Nivéa de Burma

Cosmétique du bois

Le thanaka est une pâte cosmétique blanc-jaune d’origine végétale couramment utilisée en Birmanie pour couvrir le visage et parfois les bras des femmes et des filles, et dans une moindre mesure des hommes et des garçons. Son usage remonterait à plus de 2000 ans. Il s’est aussi diffusé dans les pays voisins, comme la Thaïlande.

Il est produit à partir du bois de plusieurs arbres poussant en abondance en Birmanie centrale et connus collectivement comme « arbres à thanaka » : ce sont notamment les Rutacées Murraya et Limonia acidissima. Ils ne sont pas coupés avant 35 ans.

Le thanaka est traditionnellement vendu en petits rondins ou en fagots, et aujourd’hui aussi sous forme de pâte ou de poudre. La crème de thanaka est faite en râpant l’écorce, le bois ou les racines de l’arbre avec un peu d’eau sur une pierre circulaire appelée kyauk pyin, munie d’une rigole circulaire pour évacuer l’eau.

La crème est appliquée sur le visage en motifs simples, le plus courant étant un disque sur chaque joue, parfois des bandes appelées thanaka bè gya, ou la forme d’une feuille, le nez étant souvent souligné en même temps. Il est parfois appliqué de la tête aux pieds (thanaka chi zoun gaung zoun). Outre sa fonction cosmétique, le thanaka procure une sensation rafraîchissante, protège de la brûlure du soleil, aide à lutter contre l’ acné, rend la peau douce et a une action anti-mycosique. Son parfum rappelle un peu celui du bois de santal.

Source : Wikipedia

En Thaïlande, j’avais déjà pu remarquer que certaines personnes, souvent des femmes, avaient le visage recouvert d’une sorte de pâte blanche, un peu comme du yaourt séché… On m’a expliqué qu’il s’agissait en général d’immigrés birmans et que cette pâte, le thanaka, était à la fois un maquillage et une protection contre le soleil et un soin de peau.

P1060314J’ai pu croiser davantage de personnes qui portaient du thanaka lors de mon séjour en Birmanie. J’ai même décidé de le tester à Mingun, près de Mandalay, suite à la proposition d’un jeune garçon qui nous guidait dans son village. Il a mélangé la poudre avec de l’eau sur une pierre circulaire et l’a appliquée sur mes joues à l’aide d’une petite brosse. Je m’attendais à ce que l’application à la brosse soit rugueuse mais c’était au contraire doux, agréable et frais. Une fois séchée, je ne sentais pas ma peau ‘tirée’ comme je l’imaginais, je ne sentais en fait plus rien. Bien que surprise initialement pas ces visages inhabituels, plus je voyais de femmes et d’enfants en porter, plus je trouvais cela beau et unique, signe d’une tradition ancestrale qui reste ancrée en Birmanie. Le thanaka est appliqué en poudre dans la plupart des villages mais il existe également en cosmétiques commercialisés : la marque Nivéa a apparemment créé sa propre crème à base de thanaka (je n’ai pas vérifié l’info)…

Ci-dessous quelques photos.

Publicités