Le Canyon de Colca

Condors, colibris, vigognes, alpagas, lamas et… amiba !

Dates du séjour : du 12 au 13 juin 2014

Pour mon « reportage » complet sur le Pérou, veuillez lire cet article

L’une des expéditions phares d’Arequipa est la visite du Colca Canyon, l’un des plus profonds du monde avec 4160 m de dénivelé.

Je comptais initialement faire un trekking de 2 ou 3 jours dans le canyon. Mais lorsque j’ai demandé à l’agence si j’allais souffrir de vertige, étant particulièrement sensible aux ravins et autres pentes à pic, et que l’on m’a confirmé que ce serait très difficile, je me suis rabattue sur un tour classique en bus avec une nuit dans un village de l’Altiplano. Bien m’en a pris étant donné les maux violents qui se sont manifestés dès le premier soir de l’excursion et que je pensais, à tort, être liés au mal des montagnes.

Avant que ces symptômes n’apparaissent, j’ai pu apprécier les troupeaux de vigognes sauvages qui traversaient la route au galop ainsi que des paysages somptueux durant les 5 heures de route depuis Arequipa. Les vigognes, qui étaient en voie de disparition, se sont aujourd’hui multipliées avec succès grâce à un système de protection très strict. Ce sont des animaux timides qui ne sont pas « domesticables » : ils ne se reproduisent pas en captivité. Leur poil est d’une douceur incomparable et les vêtements en vigogne peuvent valoir plusieurs milliers de dollars…Ces animaux sont en tout cas très graciles et les voir galoper dans la pampa de l’Altiplano fut un moment fort de ma découverte du Pérou. Les bébés alpagas sont également adorables comme vous pouvez le voir ci-dessous.

P1090625 P1090631 P1090632 P1090638 P1190856 P1190866 P1190867 P1190868 P1190874 P1190875 P1190878 P1190880 P1190884 P1190885 P1190887 P1190889 P1190891 P1190898 P1190903 P1190907 P1190910 P1190914 P1190916 P1190918 P1190921 P1190925 P1190929 P1190934 P1190939 P1190941 P1190943 P1190944 P1190946 P1190949 P1190952 P1190961 P1190962 P1190967 P1190972 P1190975

Nous avons atteint un pic à 4900 m d’altitude. Je ne savais pas encore si j’allais en souffrir, le mal des montagnes affectant certaines personnes et pas d’autres sans que l’on ne puisse vraiment le prévoir. Je supportais jusqu’à présent plutôt bien le trajet. J’ai commencé néanmoins à avoir un léger mal de tête une fois arrivée à ce pic de 4900 m et j’ai ressenti un vertige alors que je montais une petite colline. J’ai réalisé qu’il fallait marcher très lentement et ménager ses efforts, l’oxygène étant limité à cette altitude.

On pouvait apercevoir parfois de la neige ou de la glace sur la route, la température chutant à moins 20 degrés la nuit. Il y avait pas mal de vent et il faisait frais mais le soleil rendait la température en journée tout à fait supportable. Pratiquement tous les volcans de la cordillère des Andes que l’on pouvait admirer depuis notre point de vue dépassaient les 5000 m voire les 6000 m d’altitude !

P1190995 P1190996 P1190999 P1200003 P1200004 P1200007 P1200010 P1200011 P1200012 P1200015 P1200021 P1200022

Nous avons ensuite rejoint le village de Chivay, à 3640 m d’altitude, avec un stop panoramique avant l’arrivée. J’ai fait une belle balade de 2 heures environ, ce qui faisait du bien après toutes ces heures de bus sur des routes de montagne.

P1200049 P1200064 P1200065 P1200067 P1200070 P1200073 P1200074 P1200076 P1200078 P1090645 P1090649 P1090651 P1090655 P1090663 P1090666 P1090669 P1090670 P1090671 P1090674 P1090676 P1090687 P1090691Grosse frayeur tout de même lorsqu’il a fallu que je traverse ce pont :

P1090694Heureusement qu’il était assez court et que la guide m’a changé les idées en me parlant de la pluie et du beau temps pour m’aider à traverser alors que mes jambes tremblaient…

P1090700 P1090709 P1090727 P1090737 P1090745 P1090752 P1090758 P1090769 P1090771 P1090777 P1090778 P1090786 P1090788 P1090792 P1090793 P1090795 P1090809Le soir, mes maux de tête se sont amplifiés au point de devoir me coucher à 20h sans manger. J’ai avalé un Diamox avant de dormir, espérant que cela allait calmer ma migraine et que le repos aiderait également à combattre ce que je pensais être le mal des montagnes.

Le lendemain matin, j’avais toujours des nausées et maux de tête mais c’était supportable. Nous avons visité le village, son église et ses danseurs qui virevoltent dans leur beaux costumes autour de la place, puis un nouveau village avant de rejoindre le point de vue des condors.

P1090813 P1090814 P1090825 P1090826 P1090829 P1090853 P1090868 P1090872 P1090874 P1090879 P1090886 P1090890 P1090897 P1090900 P1090906 P1090907Le canyon de Colca est un site privilégié pour observer les condors qui planent parfois à seulement deux mètres au-dessus de nous. Les condors sont les oiseaux les plus lourds du monde (12 kg). Ils peuvent atteindre 3,2 m d’envergure et s’élever jusqu’à 7000 m… C’était un très beau souvenir d’autant plus qu’ils étaient nombreux et que l’on avait l’impression d’assister à un show naturel exceptionnel. Je ne disposais malheureusement pas à ce moment-là d’un bon équipement photographique, ayant bêtement oublié mon chargeur en France. J’ai heureusement pu le récupérer quelques jours après à Cusco où j’ai retrouvé des amis qui me l’ont gentiment rapporté (muchas gracias Catherine !). Les colibris sont moins impressionnants mais je les ai trouvés charmants.

P1090945 P1090949 P1090955 P1090962 P1090972 P1090975 P1090977 P1090983 P1090988 P1100003 P1100004 P1100008 P1100016 P1100017 P1100022 P1100027 P1100032 P1100035 P1100040 P1100064

Mes maux de tête et nausées se sont amplifiés au long de la journée et les 5 h de bus pour rentrer à Arequipa m’ont paru interminables. Arrivée à l’hôtel, je me suis écroulée sur le lit. Je pensais toujours que c’était le mal des montagnes mais grelottant sous deux énormes couvertures de laine, atteignant les 40 degrés de fièvre et étant si faible que je ne pouvais pas descendre à la réception, voire même décrocher le téléphone, j’ai compris qu’il était désormais urgent de faire appeler un médecin. Il m’a immédiatement envoyée à la clinique… Les analyses ont démontré qu’il ne s’agissait absolument du mal des montagnes mais d’une amibe. Tout est rentré dans l’ordre après 3 jours d’hospitalisation et 4 jours de repos… et j’ai pu enfin prendre un bus pour Cusco !

 

 

Publicités