La Paz

Une capitale vraiment à part

Dates du séjour : du 4 au 8 juillet

Si Sucre est la capitale constitutionnelle de la Bolivie, La Paz est sa capitale administrative et le siège du gouvernement. La Paz peut se targuer d’une situation topographique vraiment à part : la ville est située à une altitude de 3 660 mètres, soit la plus haute capitale du monde, et s’étale depuis la vallée jusqu’aux cimes des collines sans qu’il semble y avoir un seul mètre carré de libre. La densité de la ville est impressionnante. Avec une arrivée de nuit, ce qui était mon cas, cela l’est encore plus. On a le sentiment de pénétrer dans une forêt d’étoiles, des pieds à la tête, il y a des lumières partout. La ville est dominée par le sommet du Nevado Illimani qui culmine à plus de 6 000 mètres. Il y a parfois plus de 10 degrés d’écart entre le centre de la ville, au bas de la vallée et les hauteurs sur les collines tant le dénivelé est important : plus de 1 000 mètres séparent les quartiers aisés de la zone sud et le haut plateau d’El Alto (4 000 m), qui abrite les classes défavorisées.

P1220094 P1220098 P1220101 P1220105 P1100540 P1100542

Afin de mieux connaître la ville et le pays, je me suis rendue à un « Free Walking Tour », un tour de 3 heures offert par deux guides locaux que l’on rémunère à la fin par des pourboires. Le tour était bien mieux que je ne l’imaginais. Les deux guides étaient plein d’humour et d’énergie et ils ont partagé avec la vingtaine de touristes qui m’accompagnaient de nombreux faits historiques, politiques et anecdotes amusantes sur la ville, tout en nous guidant dans différents quartiers phares de la ville.

P1100514 P1100517 P1100523 P1100524 P1100536

Parmi les faits les plus surprenants, on peut noter la fameuse prison de San Pedro qui était devenue une véritable attraction touristique jusqu’à il y a quelques années. Il est désormais strictement interdit de « visiter » le pénitencier mais il n’est apparemment pas si rare de voir « tomber du mur » un paquet de cocaïne avec un larron qui l’embarque. Ce serait même arrivé une fois durant l’un des « Free Walking Tours » et le groupe de touristes était bien penaud quand ils ont vus tomber ce paquet à leurs pieds ! Il paraît que la police est venue le récupérer… Je vous invite à lire cet article de Courrier International qui témoigne des récentes activités touristiques de la prison de San Pedro. Ce reportage correspond tout à fait à ce que nous ont expliqué les deux guides locaux. C’est assez incroyable pour ne pas dire effroyable…

Autre fait incroyable et effroyable : on peut encore aujourd’hui acheter des foetus de lamas dans le quartier du marché des sorcières. Ces foetus sont enterrés sous les maisons, par superstition, comme des totems de protection. Il paraît que c’est encore pratiqué de nos jours. Et accrochez-vous bien pour la suite… Il existe des moeurs encore plus curieux pour ne pas dire pires ! Dans certains villages, ce sont des êtres humains qui seraient enterrés sous les maisons ou les constructions telles que des ponts ou bâtiments importants… Mais il s’agirait « seulement » de clochards que l’on assassinerait discrètement, on éviterait soigneusement les touristes, nous ont narré en riant les deux guides ! Cela semble être une légende urbaine pour divertir les touristes mais j’ai en fait entendu cette histoire plusieurs fois durant mon voyage… mythe ou réalité ?! En tout cas cela vous donne une idée de l’ambiance qui peut régner dans la ville…

P1100495 P1100498 P1100501 P1100502

Autre curiosité, beaucoup plus drôle cette fois : chaque dimanche a lieu à El Alto un combat de lutte de cholitas, les « mamas » boliviennes avec leurs grands jupons et leurs nattes noires corbeau. J’ai décidé de prendre un billet pour voir de quoi il s’agissait et je me suis bien amusée. Il y avait également des combats d’hommes. C’était moins impressionnant que la boxe thai mais tout de même divertissant.

P1220107 P1220122 P1220130 P1220133 P1220136 P1220137 P1220111 P1220145 P1220147 P1220149 P1220151 P1220157 P1220187 P1220221 P1220224 P1220229 P1220248

J’ai également fait à La Paz deux visites qui m’ont beaucoup plu. La première est celle du musée de l’ethnographie et du folklore, avec notamment une salle consacrée aux costumes et coiffes en plumes et une autre aux masques, qui m’ont totalement subjuguée.

P1220311 P1220314 P1220318 P1220319 P1220320 P1220321 P1220333 P1220349 P1220358 P1220374 P1220378 P1220383 P1220387 P1220389 P1220403 P1220408 P1220411 P1220435 P1220439 P1220441 P1220443 P1220450 P1220484 P1220486 P1220487 P1220491 P1220492 P1220501 P1220502 P1220504 P1220528

La seconde visite était celle de l’église San Francisco, avec des explications uniquement en espagnol, un excellent entraînement pour voir si j’avais progressé (et la réponse est oui, ce qui me ravit – cf envie n°3) et la possibilité de monter sur les toits et d’avoir une belle vue sur la place principale et la ville en général.

P1220277 P1220279 P1220280 P1220281 P1220283 P1220284 P1220286 P1220287 P1220288 P1220293 P1220300 P1220308 P1220310Ce qui m’a également frappée à La Paz, c’est que la pauvreté est visible dans tous les quartiers que j’ai vus, et cela me semble assez rare d’en voir autant dans une capitale. La Bolivie est l’un des pays les plus pauvres du monde et les faits historiques et politiques que j’ai appris lors de ma visite m’ont pas mal atterrés. J’ai le sentiment que ce pays a été fortement secoué et malmené par ses différents gouvernements et que la population en paie souvent les frais.

Malgré tous ces côtés singuliers, ou peut-être à cause de tous ces côtés singuliers, je recommande vraiment la visite de cette ville.

Elle a été pour moi par ailleurs un lieu de retrouvailles agréables. Thomas, un compagnon de route français avec qui j’avais bien sympathisé durant mon périple en bus « Peru Hop » lors de ma première semaine au Pérou, m’a attendue à la Paz pour que l’on puisse faire ensemble le trekking du Salar d’Uyuni. Et ce sont trois jours magiques qui nous attendaient malgré le froid glacial que l’on nous avait annoncé…

 

 

Publicités