Bonito… un lieu qui porte bien son nom !

Un véritable lagon au centre du Brésil

Dates du séjour : du 23 au 25 août 2014

P1280657

Je n’avais jamais entendu parler de Bonito avant que mon amie brésilienne Ana, de Porto Alegre, ne me recommande de faire un crochet si j’en avais la possibilité, pour découvrir cet endroit prisé par les touristes brésiliens mais encore très préservé et peu connu de la clientèle internationale… Bref, une aubaine que je ne pouvais pas rater ! Ce lieu fait désormais partie des plus belles surprises de mon « tour du monde »…

Qu’y a-t-il donc de magique à Bonito ?

Imaginez un lagon tropical en pleines « terres » (à 1000 km de l’océan !) au sud du Pantanal, des grottes magnifiques dans un décor de jungle et des rivières d’une transparence exceptionnelle remplies de poissons multicolores…

P1280756

Bonito est à 4 heures de route environ de Campo Grande, l’une des principales villes d’accès pour la partie sud du Pantanal. J’avais réservé trois nuits au Bonito Ecological Hostel qui fait partie de la chaîne Hostelling International (HI). Lors de mon arrivée dans la pousada de Santa Clara au coeur du Pantanal, j’avais sympathisé avec un brésilien prénommé Sidney (le champion de la pêche aux piranhas) et avais découvert après quelques minutes de conversation que c’était en fait lui qui avait fait ma réservation au HI de Bonito dans lequel je me rendrais quelques jours après ! Il travaillait là-bas et avait pris un long week-end pour profiter du Pantanal. Il a terminé son séjour à la ferme de Santa Clara un jour avant moi. Je l’ai retrouvé le lendemain soir à l’accueil de l’auberge de Bonito avec la même bonne humeur et gentillesse que durant ses quelques jours de congés.

Le lendemain soir de mon arrivée, j’ai moi-même retrouvé mes autres compères de Santa Clara qui avaient décidé de me rejoindre à Bonito : Francesca et Ursula, les deux amies suisses, et un peu plus tard Tom, le Néerlandais et Toshiyuki, le Japonais.

IMG_7763

Nous trinquons au bar le « Taboa » avec Sidney, Ursula et Francesca pour fêter nos retrouvailles ! Beaucoup de locaux se lèvent pour danser le forro (danse nationale brésilienne) autour des tables. Décidément, j’aime beaucoup l’ambiance et l’atmosphère toujours très chaleureuse et musicale de ce pays. Le village de Bonito est agréable, traversé par une grande rue bordé de restaurants, bars et magasins.

Rio Da Prata

Parmi la trentaine d’excursions « éco-touristiques » disponibles autour de Bonito, je décide de réserver l’une des plus belles d’après les échos des voyageurs : Rio Da Prata. Il s’agit de descendre une rivière sur 4 km en masque et tuba, en petits groupes avec un accompagnateur, afin de préserver cet endroit remarquable. Il est interdit de poser les pieds au sol durant la majorité du parcours ou de mettre une crème solaire, afin de protéger au maximum la qualité de l’eau, de la faune et de la flore. Il est agréable de voir que le site n’est pas soumis au tourisme de masse et que tout est fait pour respecter la nature. Les eaux sont cristallines en raison d’une réaction chimique naturelle liée au calcaire qui dissout le dépôt de particules au fond de la rivière. On peut donc se laisser porter par le courant (globalement doux sauf à un moment avec quelques rapides), avec un masque et un tuba, comme on le ferait dans un lagon tropical.

Les photos ci-dessous, de qualité médiocre (appareil waterproof loué à Bonito), sont peu représentatives de la magie du lieu et des sensations de bien-être et de « flottement » que j’ai pu ressentir durant ces deux heures de parcours nautique. Cette expérience de lâcher-prise fait partie d’un des plus beaux souvenirs de mon voyage. J’étais honnêtement peu rassurée quand j’ai enfilé la combinaison, le masque et le tuba car je ne suis pas très à l’aise sous l’eau et parce que l’on m’avait dit qu’il était possible de croiser, toutefois de manière exceptionnelle, des caïmans ou des anacondas… Mais la bienveillance et l’humour de notre guide et du groupe qui m’accompagnaient et le fait que cela soit très peu profond m’ont permis de me laisser « transp-eau-rtée » par la magie de cet aquarium naturel.

C’est peu profond et cela me va bien !

Les eaux sont d’une transparence exceptionnelle ! Sur la photo ce n’est pas moi mais Ana, une brésilienne rencontrée à l’auberge de Bonito qui m’a gentiment conduit dans ce lieu magique alors que tous les transports des agences étaient complets.

Ana Albergue 047

La fine équipe !

Cette fois-ci, c’est bien moi…

Ana Albergue 021 Ana Albergue 031 Ana Albergue 032 Ana Albergue 044

En plus de cette expérience que je ne suis pas prête d’oublier, le site est magnifique et nous avons pu observer un fourmilier, beaucoup plus gros que je ne l’imaginais, un pivert décoiffé par le vent et un coucher de soleil que je vous laisse admirer…

P1280792 P1280796 P1280797 P1280635 P1280637 P1280651 P1280656 P1280658 P1280667

Gruta Do Lago Azul

Les deux jours suivants, Tom m’a accompagnée pour visiter la « Gruta Do Lago Azul », une grotte située dans une faille de 80 m de profondeur au fond de laquelle on découvre un petit lac qui prend, par réfraction des rayons solaires venus de la surface, une eau bleu azur…

Le casque de chantier m’a rappelé mon « expédition » au barrage d’Itaipu

Gruta do lago azul – un dénivelé de 80 m pour accéder au lagon !

P1280683 P1280698 P1280714 P1280734 P1280746 P1280747 P1280749 P1280759 P1280766 P1280774 P1280776

Balneario Municipal

Nous avons également loué un vélo pour nous rendre au Rio Formoso, à 7 km de Bonito, dans lequel se trouve le « Balneario Municipal », une piscine naturelle où l’on peut également nager au milieu des poissons.

IMG_7767 Ana Albergue 067

Si vous comptez visiter le Pantanal, n’hésitez pas à inclure Bonito dans votre parcours… J’espère vous avoir convaincus avec ce nouvel épisode des aventures Pics and Trips !

Ma prochaine destination sera l’une des villes les plus mythiques de notre planète : Rio de Janeiro !
Et pourtant mes premières impressions n’ont pas été les meilleures, je vous expliquerai pourquoi…

Publicités