Uyuni : 3 jours inouïs

Trek légendaire en Bolivie

Dates du séjour : du 9 au 11 juillet 2014

Pour tout vous avouer, j’ai failli ne pas aller au Salar d’Uyuni. J’étais tellement angoissée sur les routes de montagne du jungle trek Machu Picchu, que j’ai envisagé ne pas aller en Bolivie, craignant de nouvelles routes de montagnes et autres ravins vertigineux. L’expérience du Machu Picchu m’ayant in fine subjuguée et ayant « survécu » entretemps au dénivelé de La Paz, je me suis dit que ce serait quand même idiot de ne pas faire ce que quasiment tous les « tourdumondistes » considèrent comme l’un des summums de leur voyage.

Un autre élément me tracassait pas mal : les voyageurs que j’avais rencontrés à Cusco, PunoCopacabana ou Isla del Sol qui revenaient récemment du Salar, m’avaient indiqué qu’il faisait parfois jusqu’à moins vingt degrés à cette période de l’année et que les logements durant le trek étaient rudimentaires et sans chauffage. Bref, un sacré dilemme : y aller ou pas ?

Mais je ne pouvais pas rater ça. Il fallait toutefois que je me prépare psychologiquement… Du coup, j’ai interrogé pas mal de voyageurs et j’ai fait des recherches sur internet pour choisir l’agence qui m’offrirait le meilleur confort possible pour ce trek. J’ai vite réalisé que je ne pourrai pas m’offrir le luxe de privatiser une jeep ni un hôtel avec du chauffage étant donné les prix exorbitants et le fait que les canalisations gèlent de toutes façons à cette période de l’année et que l’on dispose au mieux de deux heures de chauffage. En revanche, à force de discuter et de lire des blogs, j’ai repéré un tour opérateur qui sortait du lot : Red Planet recevait d’excellents retours des voyageurs.

A La Paz, j’ai fait quelques recherches complémentaires directement auprès des agences en comparant les offres et les tarifs. J’ai trouvé une agence qui offrait le trek Red Planet pour un tarif correct et ai proposé à Thomas, mon compagnon de route français rencontré lors de ma première semaine péruvienne, de réserver ce circuit avec moi. Thomas avait eu la gentillesse de « m’attendre » à La Paz pour faire le Salar d’Uyuni avec moi. Cela me faisait très plaisir, surtout après ma longue trêve seule à l’hosto à Arequipa, et cela me rassurait pas mal aussi d’être en bonne compagnie étant donné toutes les appréhensions décrites ci-dessus !

Nous avons choisi le trek 3 jours/2 nuits, l’un des plus vendus, et qui permet de faire le cimetière de trains près de la ville d’Uyuni, le désert de sel, l’île au poisson (en fait une ancienne île désormais sans mer et recouverte d’une forêt de cactus), le désert de Chiguana et ses volcans, les lagons andins (dont le Lagon Rouge et et le Lagon Vert) et leurs photogéniques flamands roses, le désert de Siloli et l’arbre de pierre, le cratère du volcan Sol de Mañana à 5000 m d’altitude avec ses geysers et le désert de Dali. Je n’avais entendu parler pour ma part que du désert de sel d’Uyuni, le plus grand du monde, et l’un des endroits les plus divertissants pour faire des photos surréalistes. Quelques données : superficie de plus de 10 000 km2, un tiers des réserves de lithium exploitables de la planète,  dimensions de 150 kilomètres sur 100. Sa formation remonte à 10 000 ans, quand l’étendue d’eau salée était une partie du Lago Minchin, un lac préhistorique géant. En s’asséchant, il a laissé derrière lui le gigantesque salar d’Uyuni.

J’ai beaucoup aimé le désert de sel où nous avons passé de bons moments à imaginer des scènes comiques et joué avec nos appareils photos. Mais j’ai en fait davantage préféré les deux derniers jours dans les volcans et les lagons, avec des paysages lunaires extraordinaires et des lagons aux couleurs incroyables. Ce qui est fantastique dans ce trek c’est que l’on voit une multitude de paysages plus admirables les uns que les autres, et ce, dans une même région. A chaque nouvelle visite, j’étais éblouie et cela semblait ne jamais s’arrêter, comme si l’on nous offrait de très belles surprises toutes les deux heures pendant 3 jours !

Je vais vous laisser découvrir tout cela en images mais auparavant, laissez moi vous narrer l’autre surprise de cette expédition, ce qui a rendu ce trek encore plus agréable.

Sur le bateau qui me ramenait d’Isla del Sol à Copacabana, j’ai rencontré une Allemande qui semblait bien dans ses baskets et voyageait également seule. Ayant appris lors de notre conversation qu’elle comptait également se rendre dans le Salar, je lui ai demandé si cela lui disait de faire éventuellement le trek avec moi depuis La Paz. Elle m’a répondu qu’elle préférait ne rien planifier et ne savait pas quand elle partirait pour Uyuni. Je comprenais très bien et étais même admirative de ce lâcher prise total.

Or, une fois montée dans le bus La Paz-Uyuni, devinez qui se trouvait sur le siège juste à côté du mien ? La voyageuse Allemande évidemment ! J’ai présenté Julia (son nom) à Thomas et lui ai proposé de se joindre à nous si elle n’avait pas encore réservé son trek, ce qu’elle a accepté cette fois sans hésiter.

J’ai tout de suite bien accroché avec Julia. Elle était volubile, pétillante et drôle. Thomas s’est également très bien entendu avec elle. Dès le lendemain nous étions comme trois larrons en foire, et ce, pendant toute la durée du trek.

Le trajet La Paz-Uyuni était cependant l’un des pires de mon voyage : 14 heures de bus dont environ 10 heures sur une route qui n’était plus une route mais une sorte de piste défoncée et gelée. Les fenêtres étaient gelées également. Cela sautait tellement que l’on avait l’impression que l’on allait être éjecté à chaque instant. Ah oui, j’ai oublié de préciser que j’étais la seule passagère dont la ceinture de sécurité était cassée… j’ai dû faire un noeud de fortune pour ne pas me retrouver à faire un vol plané dans le couloir (comme le paquet de chips de ma voisine de derrière qui s’est totalement éventré durant la nuit, laissant un parterre… des plus croustillants). A côté de ce trajet, le bus thai de Chiang Mai qui m’avait donné des sueurs froides était de la gnognotte ! Nous avons quasiment tous passé une nuit blanche…

L’une de mes premières missions à Uyuni, en plus de trouver une triple dose de café, fut de trouver une paire de lunettes de soleil, ayant oublié les miennes à La Paz, le comble quand on s’apprête à explorer l’un des endroits offrant les pires réverbérations du monde, quelques mois après s’être fait opérer des yeux ! J’ai essayé de trouver des lunettes avec le label « CE » (communauté européenne) comme me l’avait conseillé mon excellent ophtalmo, mais je pense que toutes les paires de lunettes d’Uyuni étaient « made in China », même la paire avec le label CE que j’ai achetée après de nombreux essayages. Je n’avais cependant pas trop le choix… et me suis dit que j’achèterai prochainement une nouvelle paire de meilleure qualité.

Après une nuit blanche, un petit déjeuner réparateur et de nouvelles lunettes à deux balles, le karma uyunien s’est modifié de façon très favorable :

  • Nous avons eu la jeep la plus confortable, avec sièges en cuirs et même deux places de libre les deux derniers jours car une famille tombée malade en cours de route a déclaré forfait après la première nuit.
  • Luis, notre guide Red Planet était top : il parlait bien anglais, donnait beaucoup d’explications dans chaque lieu, nous a « coachés » pour la séance photos du désert de sel, et il nous a même permis de jouer aux DJ et de faire nos propres sets musicaux dans la jeep tout en rechargeant nos portables ! Et surtout : il a accepté de danser la salsa avec moi dans le second refuge ! Je lui avais dit en effet être très déçue par le fait que finalement peu de latinos que j’avais rencontrés au Pérou et en Bolivie dansaient la salsa… il est vrai que Luis était d’origine colombienne et que la salsa est bien plus populaire en Amérique Centrale qu’en Amérique du Sud comme je l’ai découvert au cours de mon voyage…
  • Nous avons même pu voir des OVNIs !! des nuages aux formes sidérantes… Même le guide et le chauffeur de la jeep ont pris des photos…

P1230384 P1230380 P1230375 P1230374

P1230346 P1230378

P1230349

Le plus beau souvenir fut sans doute le bain de nuit dans les « hot springs » à 35 degrés, après le dîner du deuxième soir. Je ne voulais initialement pas y aller : il fallait se déshabiller et enfiler son maillot de bain alors qu’il faisait un froid glacial dans le refuge, puis sortir dehors et marcher 100 m dans un froid encore plus glacial avec sa frontale avant d’atteindre les sources d’eau chaude. Je me suis finalement laissée convaincre par mes compagnons et je dois dire que c’était une expérience inoubliable et exceptionnelle.

Nous avions le bassin pour notre seul groupe aussi longtemps qu’on le souhaitait. Ce n’est pas le cas des autres groupes qui y vont soit avant le dîner soit au moment du petit déjeuner le lendemain matin pendant 30 minutes max. Du coup nous avions l’impression d’être les VIP des hot springs ! En tout cas d’être sacrément privilégiés… Le ciel scintillait de milliers d’étoiles et la quasi pleine lune nous laissait apercevoir le lagon et les volcans juste à côté. Nos cheveux étaient gelés, il faisait environ moins dix degrés à l’extérieur mais on ne s’en rendait pas vraiment compte une fois dans l’eau. L’eau était divinement bonne. Et l’on pouvait siroter un verre de vin dans le bassin ! C’était magique. J’y suis restée deux bonnes heures (soit pas mal de vin…).

Je terminerai cet article en vous livrant ma recette pour survivre face au froid et passer la nuit dans un refuge non chauffé quand on est frileuse :

  • Deux duvets (le mien + celui que j’avais loué)
  • Plusieurs couvertures
  • Une bouillotte
  • Dormir emmitouflé des pieds à la tête
  • Boire du thé
  • Boire du vin bolivien (très efficace, cf supra !)

NB. Ne PAS courir pour se réchauffer car à plus de 4000 m d’altitude, mieux vaut économiser son souffle !

Bref, j’ai survécu et le trek valait vraiment la peine malgré le froid glacial. Cela fait même partie aujourd’hui de l’un de mes plus beaux souvenirs de voyage.

Mais assez de blabla, je vous laisse désormais découvrir cet endroit incroyable…

TREK SALAR JOUR 1

1.Le cimetière de trains… décor surréaliste !

P1220543 - Copie P1220546 - Copie P1220553 - Copie P1220555 - Copie P1220558 P1220560 - Copie P1220562 - Copie P1220563 - Copie

Le Salar d’Uyuni, le plus grand désert de sel du monde et l’endroit idéal pour faire des photos délirantes (cf envie n°15) – on s’en est d’ailleurs donné à coeur joie…

J’ai inséré ici et là deux-trois photos prises par Julia et Thomas. Je vous invite à regarder également le superbe blog de « Julia abroad« .

P1220615 P1220630 P1220594 DSCN2826 - Copie DSCN2840 - Copie P1220636 photo 3 photo 1

photo 3 (4)photo 3 (2) photo 1 (2) P1220640 P1220641 P1220654 P1220667 P1220681 P1220709 P1220717 P1220728 P1220749 P1220752 P1220753 P1220758 P1220759 P1220762bis P1220763

L’île aux cactus (avec en guest stars le ciel bleu et la lune) :P1220774 P1220777 P1220779 P1220784 P1220787 P1220796 P1220798 P1220814 P1220831 P1220852 P1220861 P1220862 P1220863 P1220864 P1220869 P1220872 P1220874 P1220877

Le coucher de soleil le premier soir :

P1220880 P1220881 P1220883 P1220890 P1220893 P1220895 P1220899

TREK SALAR JOUR 2

P1220924

Avec Luis, notre super guide de Red Planet

P1220905 P1220907 P1220910 P1220919 P1220931 P1220935 P1220940 P1220948 P1220955 P1220970 P1220971 P1220973 P1220977 P1220979 P1220980 P1220981 P1220984 P1220992 P1220994 P1220997 P1220998 P1230002 P1230006 P1230008 P1230010 P1230015 P1230017 P1230030 P1230040 P1230048 P1230055 P1230062 P1230063 P1230065 P1230066 P1230067 P1230084 P1230087 P1230091 P1230095 P1230097 P1230108 P1230111 P1230114 P1230115 P1230119 P1230120 P1230125 P1230137 P1230141 P1230150 P1230155 P1230156 P1230158 P1230169 P1230171 P1230173 P1230191 P1230193 P1230199 P1230204 P1230216 P1230223 P1230231 P1230237 P1230241 P1230255 P1230258 P1230266 P1230270 P1230271 P1230274 P1230281

Le désert de Siloli et  » l’arbre de pierre  » :

photo 3 (3) photo 2 (3) P1230290 P1230291 P1230293 P1230294 P1230297 P1230300 P1230320 P1230322 P1230326 P1230333 P1230340 P1230341 P1230343 P1230345 P1230347Les extraordinaires lagons, d’une beauté à couper le souffle :

P1230351 P1230354 P1230355 P1230359 P1230364 P1230365 P1230367 P1230370 P1230371

P1230382 P1230383

Geysers et fumerolles qui atteignent plus de 100 degrés et se trouvent à plus de 5000 m d’altitude :P1230386 P1230389 P1230392

P1230389 P1230393 P1230395 P1230396 P1230398 P1230402 P1230403 P1230404 P1230406 P1230413 P1230414 P1230416 P1230418 P1230420 P1230423 P1230425 P1230426 P1230428Coucher de soleil du deuxième soir, juste avant d’arriver au refuge :

P1230429 P1230437 P1230447 P1230449

TREK SALAR JOUR 3

Lever du soleil, encore un moment extraordinaire…

P1230454 P1230458 P1230459 P1230463 P1230465 P1230466 P1230470 P1230475

Mais il fait très très froid et il y a beaucoup de vent…

P1230481 P1230483 photo 2 (4)

Puis pour finir ce trek, passage à la frontière bolivienne, en plein coeur du désert, où même les renards viennent faire tamponner leur passeport… pour aller voir le superbe site chilien de San Pedro de Atacama, à une heure de route. Découvrez prochainement sur picsandtrips pourquoi on danse clandestinement dans des fermes à San Pedro de Atacama…

photo 4 (3) P1230487 P1230490 P1230491 P123049410518985_10154293230600577_8925520095438371802_nAdios linda Bolivia et bienvenue au Chili !

 

 

Publicités

Une Falang* au royaume de la détente

Luang Prabang, première escale au Laos.

* Les Falang au Laos sont les occidentaux, les étrangers.

Tout ici invite à la détente, à être bien.

Le cadre : plaisir des yeux…

Une jolie ville, paisible, avec de belles maisons coloniales, des temples aux mosaïques et peintures colorées, au pied des montagnes et bordée par les rivières Mekong et Nam Khan. Un petit havre de paix,  site protégé de l’Unesco, où il fort agréable de circuler à pied et encore davantage à vélo.

P1090223

 La cuisine : plaisir des papilles…

Cuisine laotienne bien sûr. Ne ratez pas le BBQ « à cuire soi-même », au Lao Lao Garden, au milieu des lianes, de la verdure et des lanternes. C’est encore mieux quand on peut partager la portion extra large. Et aussi succulent que divertissant : le serveur apporte un feu de bois qui crépite dans un grand bol en pierre, il met une sorte de grille en demi sphère par dessus, puis verse le bouillon tout autour du récipient. Les tendres lamelles de poulet et de buffle cuisent sur la sphère à la manière d’une pierrade et l’on ajoute les légumes et un oeuf dans le bouillon (technique de l’oeuf divertissante également !). L’un des meilleurs repas depuis le début de mon périple… Le petit verre de vin rouge se défendait pas mal aussi.
Durant un trek j’ai découvert et apprécié un déjeuner typique où l’on mange directement avec ses mains en faisant des boulettes avec du riz gluant, présenté dans des petits paniers en bambou, tout en mélangeant avec divers plats plus ou moins épicés.
J’ai aussi pu combler mon manque de fromage et de pain avec des toasts croustillants de Vientianiou, un fromage de chèvre doux et crémeux…
La ville offre par ailleurs des boulangeries (avec de délicieux croissants et du bon café !) , des restaurants français, indiens et de super bagels au JoMa café.
Enfin dîner au ‘budget’ imbattable au marché de nuit avec des buffets à 10.000 Kip (1 euro).

photo 5 - Copie photo 4 - Copie

Les activités : plaisir de tous les sens…

Visiter les temples, se promener à vélo dans et autour de LP, se relaxer avec des massages aromatiques à 7 euros de l’heure, admirer à l’aube la procession des moines aux robes saffrans qui se voient offrir leur repas par les habitants, faire un cours de yoga de bon matin en surplombant le Nam Khan, siroter un cocktail à l’Utopia, le bar ‘zen by day, groovy by night’, craquer sur les magnifiques étoles en soie, ombrelles, thés, bijoux en argent et autres tentations du marché de nuit et des boutiques artisanales, visiter les villages Hmong et Khmu lors d’une rando, prendre de la hauteur à dos d’éléphant, se rafraîchir dans les magnifiques chutes de Kuang Si… Le plus beau moment : se faire inviter par un jeune moine de 20 ans à participer à la séance de prière du soir dans le temple de Manorom, en présence de 50 autres moines. Sentiment de plénitude et de privilège, je me faisais toute petite au fond de la salle, en veillant à ne pas tourner mes pieds vers Bouddha. J’ai repéré un ou deux moines du dernier rang qui s’amusaient avec leur téléphone pendant la séance… il y a des polissons comme dans toutes les salles de classe ! Mais il faut dire que les monastères comprennent des enfants de tout âge, les plus jeunes semblant avoir 6-7 ans.  Avec mes 4 journées bien remplies, je n’ai pas eu le temps de visiter les caves de Pak Ou, prendre des cours de cuisine, de massage, de tissage, donner bénévolement des cours d’anglais, visiter le palais royal, le musée ethnique…

Je reviendrai !!

photo 3 - Copie

Luang Prabang en images, c’est aussi :

P1090115 P1090105 P1090121 P1090123 P1090131 P1090193 P1090206 P1090230 P1090295 P1090292 P1090351 P1090409 P1090452 P1090466 P1090476 P1090482

P1090618

Photo de l’affiche pour les cours de yoga à l’Utopia

P1090601 P1090616

P1090493 P1090505 P1090515 P1090527 P1090551 P1090556 P1090566 P1090569 P1090583 P1090589 P1090627 P1090644 P1090648 P1090652 P1090656 P1090658

 

photo 3 photo 4 photo 5

 

 

photo 1 - Copie photo 1

Tectonique des plaques

Pata-trac

Je ne parle ni du séisme d’il y a quelques années qui a secoué le pays ni du typhon qui a ravagé, entre autres, les maisons de bambous de Dala près de Yangon où j’ai vu les plus beaux sourires d’enfants.

Mais de MES plaques. J’en ai eu sur tout le corps pendant 48 heures avec des démangeaisons à me faire sauter au plafond, sans savoir d’où cela venait, et ce, au fin fond de la Birmanie, « chez l’habitant » dans un village sans électricité ni eau courante. Trek chaudement recommandé par tous les guides de voyages. 2 jours / 1 nuit « chez l’habitant ». L’éruption a commencé environ 10 minutes après que tout le monde se soit endormi, alors que je me demandais ce que je faisais sur ce matelas sans drap, à même le sol, après une journée de trek dans la poussière et la sueur. Et, eau-rreur, sans même pouvoir se laver. Ah si, dans un réservoir d’eau stagnante situé dans une autre partie du village « chez les voisins » de pilotis et dans lequel les vaches buvaient au son des poules qui coquetaient, des coqs qui chantaient à tue tête (et à toute heure) et des enfants de 3 ans qui taillaient des ustensiles avec des couteaux aussi gros qu’eux. Le réservoir est à gauche de la vache sur la photo ci-dessous. C’est le bac bleu-grisâtre.

P1070498P1070517

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Première vision dans notre maison d’accueil : ce petit garçon de 3 ans à peine qui taillait un bout de bois avec un énorme couteau devant un feu à l’intérieur de la maison !

P1070511

Nuit blanche. J’étais la seule à me gratter frénétiquement. Je me suis badigeonnée de tout mon tube de crème anti-démangeaisons que j’utilisais jusqu’à présent pour mes boutons de moustiques. Cela a calmé les démangeaisons mais j’étais inquiète, je ne savais pas ce que j’avais et j’ai pensé aux tant redoutées puces de lit dont tous les voyageurs m’ont parlé. Il n’en était rien. Le lendemain, mes trois voisines « de chambre » se  portaient comme un charme. Il faut dire que Valérie, Aurélie et notre guide locale étaient beaucoup moins chochottes que moi. Mes plaques avaient miraculeusement disparu au réveil… Et sont reparties de plus belles dès que l’on a attaqué la rando du matin. Après une heure de trek, j’ai dû stopper l’équipée le temps de me déchausser et de mettre le fond du fond de pommade sous et sur mes pieds tellement cela me piquait. La guide du trek m’a alors proposé de prendre un taxi moto afin d’éviter les trois-quatre dernières heures de trek en plein cagnard. Quand j’ai su que je pouvais aussi prendre un bateau privé pour rejoindre ma guesthouse au lac Inle, j’ai accepté l’offre.

Le médecin que j’ai vu quelques heures après pense que c’était une allergie alimentaire. Je crois plutôt que c’était dû au cocktail poussière + chaleur + sueur  (+ no shower) + une grosse lichette de stress… Heureusement tout est rentré dans l’ordre 48 heures après, peut-être grâce aux médocs anti-allergie, peut-être grâce au fait d’avoir retrouvé la civilisation, tout simplement. Douche avec pression et wifi presque correcte. Le bonheur.

D’ailleurs mes derniers jours au lac Inle n’ont été que du bonheur (voir les photos dans l’article « Mingalaba Burma ! »). Le genre d’endroit où le temps s’arrête. Où les incroyables pêcheurs équilibristes naviguent en offrant des ballets de mollets musclés. Où ces mêmes pêcheurs danseurs se transforment parfois en musiciens « batteurs » pour effrayer les poissons et les attirer dans les filets. Où les travailleurs acharnés, à la machette aiguisée, vous offrent la canne à sucre qu’ils ont en train de couper.

Où les employés de la distillerie vous offrent du thé et de la mélasse fumante qui sort du bidon. Où les tomates se cueillent sur les jardins flottants. Où les ados vous conduisent en canoés dans leur village de pêcheurs et vous invitent à déjeuner dans leur maison (en bambou, sur pilotis également). Où les canaux bordés de mangrove, aux écluses en bambou, débouchent sur un lac immense, fascinant, bordés de montagnes et de pagodes. Où les rizières offrent leur plus beau vert (surprenant dans cette saison sèche où tout n’est que poussière et terre battue dans une grande partie du pays). Et où d’autres rencontres sympathiques agrémentent d’autant plus le séjour (Gaël, Jennifer, Simon et ce japonais qui sillonne les pays à la recherche d’insectes comestibles, pour son travail…).

Et puis ce trek n’était pas si mal que ça, et même très beau, si ces plaques ne m’avaient pas donné un tel coup de trac… D’ailleurs, voici les photos (anti-chronologiques) du trek, pas des plaques…

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

P1070554

Vive le taxi-moto ! C’est le cuisinier du trek qui m’a emmenée en urgence au lac Inle le second jour du trek…

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Nos charmants hôtes chez qui nous avons passé la nuit

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Que tient la petite fille dans son dos ? Un bébé !…

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

P1070494 - Copie

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

P1070398 P1070388

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

P1070328

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

P1070290

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Marché de Kalaw

Myanmar – Marché de Kalaw

Mingalaba Burma !

Bonjour Myanmar !

Alors, Birmanie ou Burma ? Réponse sur le site diplomatique français (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/birmanie/presentation-de-la-birmanie/) :

Nom officiel : République de l’Union de Birmanie. En 1989, le régime militaire a renommé le pays « Myanmar ». Les Britanniques et les Américains ne reconnaissent pas le changement de nom en anglais et continuent, tout comme Aung San Suu Kyi, d’appeler le pays « Burma ».

J’avais hésité à inclure la Birmanie dans mon périple car cela me semblait être un pays difficile pour une voyageuse ‘solo’ à budget restreint. Je pensais initialement me faire accompagnée d’un guide ou agence pendant ce voyage dans un pays qui me semblait moins accessible que d’autres, mais j’ai été refroidie par un agent qui m’a dit que je ne trouverais rien à moins de 100 USD la nuit si je passais par une agence. Finalement les échos d’amis voyageurs m’ont convaincue qu’il fallait inclure dans mon tour d’Asie ce pays à part, en pleine mutation, et que cela ne présentait pas de souci particulier en terme d’organisation ou de sécurité, si ce n’est de prévoir toutes les espèces de son voyage en dollars flambant neufs (les billets anciens, pliés, marqués sont refusés), s’attendre à des coûts assez élevés d’hébergement si l’on veut un minimum de confort, et à des connexions internet et téléphone limitées voire inexistantes. Il est cependant tout à fait possible de s’organiser au fur et à mesure en faisant réserver par le biais des guesthouses et hostels les prochaines nuitées. Des agences peuvent également s’occuper des billets d’avion ou de bus, souvent à règler en espèces.

P1080585J’ai donc fait ce voyage avec plus de facilité que je l’imaginais, même si les hébergements sont chers et comparativement beaucoup moins confortables qu’en Thailande : à titre de comparaison, 5 belles nuitées en Thailande = 1 nuitée confort moyen au Myanmar… Au mois de mars , il commence à y avoir moins de touristes mais les températures grimpent vite et on est constamment dans la poussière.  Photo ci-joint = preuve à l’appui !

Les conditions sont parfois rudimentaires, notamment dans les campagnes, avec des villages souvent sans eau courante ni électricité, où l’on voit des enfants trimer dans les champs et des méthodes agricoles qui semblent dater du Moyen-Age.

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Myanmar - Kalaw > Inle trek

Myanmar – Kalaw > Inle trek

Mais au-delà de tous ces aspects un peu rudes, c’est un pays extrêmement attachant, surtout si l’on recherche des expériences authentiques et humaines. Peut-être le seul pays où je ne portais (et porterais) quasiment pas mon sac à dos tellement les habitants sont prévenants et bienveillants (très peu de risque de vol).

Un pays magnifique également où l’on ne se lasse pas d’admirer les milliers de pagodes (stupas et payas) tant elles sont belles, variées, et souvent dans un environnement naturel qui les met en valeur, comme à Bagan.

P1060872 - Copie

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

Myanmar - Bagan

Myanmar – Bagan

J’ai passé deux semaines dans ce pays en suivant un parcours touristique très classique :

1. Yangon (Rangoun en français) et son admirable Shwedagon

Mais aussi les  sourires radieux des enfants dans le village en bambou de Dala, et la rencontre, à l’entrée d’un temple, d’un professeur à la retraite qui a passé les 4 heures suivantes à me parler de son pays et à me faire visiter des endroits que je n’aurais jamais osé faire seule, notamment l’intérieur des  monastères et salles de méditation.

Myanmar - Schegadon Pagoda - Rangoon (Yangon)

Myanmar - Shwedagon Pagoda - Rangoon (Yangon) - c'est l'heure du ballet des balais !

Myanmar – Schwedagon Pagoda – Rangoon (Yangon) – c’est l’heure du ballet des balais !

Myanmar - Schwegadon Pagoda - Rangoon (Yangon)

Myanmar – Shwedagon Pagoda – Rangoon (Yangon)

Myanmar - Schegadon Pagoda - Rangoon (Yangon)

Myanmar – Shwedagon Pagoda – Rangoon (Yangon)

Myanmar - Yangon

Myanmar – Yangon

Myanmar

Myanmar – Shwedagon pagoda – Yangon

 

Myanmar - Shwegadon Pagoda - Rangoon (Yangon)

Myanmar – Shwedagon Pagoda – Rangoon (Yangon)

Myanmar - Shwedagon Pagoda - Rangoon (Yangon)

Myanmar – Shwedagon Pagoda – Rangoon (Yangon)

P1040604 - Copie

Prenant la pose avec des touristes Birmans qui m’ont abordée pour que je fasse une photo avec eux – je leur ai demandé la même chose en retour !

Myanmar - Shwegadon Pagoda - Rangoon (Yangon)

Myanmar – Shwedagon Pagoda – Rangoon (Yangon)

P1040690 - Copie P1040733 - Copie

Myanmar - Yangon market - savons "Paris"

Myanmar – Yangon market – savons « Paris »… les fabricants n’ont pas dû voir la station de métro Auber…

P1040768

Myanmar - Yangon market

Myanmar – Yangon market

P1040770

Myanmar

Myanmar

P1040803 - Copie

Yangon – salle de méditation

Myanmar

Chaukhtatgyi Paya

Myanmar

Chaukhtatgyi Paya

Myanmar

Chaukhtatgyi Paya

P1040847 - Copie

Yangon – Chaukhtatgyi Paya

P1040875

P1040877

Il faut « arroser » trois fois le Bouddha de son jour de naissance… pour moi ce sera le Bouddha Dimanche !

P1040930 - Copie

Un professeur plein de gentillesse

Myanmar

Myanmar – Yangon

 

Myanmar

Myanmar – Dala

Myanmar

Myanmar – Dala

Myanmar - Dala

Myanmar – les enfants si touchants du village de bambou à Dala

 

2. Mandalay

Atteint en une heure grâce à la nouvelle compagnie low cost Golden Myanmar (au lieu de 15 heures de bus sur des routes défoncées !) – je n’ai toutefois pas pu échapper pour les autres connexions entre les principales villes du pays aux routes sinueuses déformées par les de nids de poules. La Birmanie se mérite… les accès à l’intérieur du pays ne sont pas aisés ! J’ai toutefois échappé aux vomis des passagers de bus, expérience relatée par plusieurs voyageurs qui ont pris des bus locaux et ont vécu un trajet particulièrement désagréable. A côté de leur récit, mon Chiang-Mai–>Bangkok était de la gnognote !!

Myanmar - Mandalay Hill

Myanmar – Mandalay Hill

Myanmar - Mandalay Hill

Myanmar – Mandalay Hill

P1060683 - Copie

Un groupe d’étudiants invités chaque week-end par leur prof d’anglais à visiter les sites touristiques pour pratiquer l’anglais avec des étrangers… j’adore l’idée !

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay – Kuthodow Paya

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay – Kuthodow Paya

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay – Shwe In Bin Kyaung (monastère en teck)

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay – Shwe In Bin Kyaung (monastère en teck)

Myanmar - Mandalay - Royal Palace

Myanmar – Mandalay – Royal Palace

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay – Mahamumi Paya… surprise d’apprendre que seuls les hommes ont le droit de recouvrir de feuilles d’or cette statue de Bouddha…

Myanmar - Mingun

Myanmar – Mingun

Myanmar - Mingun

Myanmar – Mingun

Myanmar - Mingun

Myanmar – Mingun – notre taxi-vaches !

Myanmar - Mingun

Myanmar – Mingun

Myanmar - Mingun

Myanmar – Mingun – Hsinbyume Paya

Myanmar - Mingun

Myanmar – Mingun – Hsinbyume Paya

Myanmar - Mingun

Myanmar – Mingun – Hsinbyume Paya

P1060176 - Copie - Copie

La cloche de Mingun, la plus grande cloche du monde non fendue en état de marche !

Myanmar - Mingun

Mingun Paya – qui a subi de gros dommages suite à un tremblement de terre et reste inachevée

Myanmar - Mandalay

Mandalay – un bateau peu écolo…

P1060099

Ma calèche dans le village d’Ava (Inwa) près de Mandalay

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay – colline de Sagaing

Près de Mandalay - colline de Sagaing

Près de Mandalay – colline de Sagaing

P1050881 - Copie

Près de Mandalay – colline de Sagaing

Myanmar - Mandalay - Silk workshop

Myanmar – Mandalay – Silk workshop

Myanmar - Mandalay - Silk workshop

Myanmar – Mandalay – Silk workshop

Myanmar - Mandalay - Silk workshop

Myanmar – Mandalay – Silk workshop

Myanmar - Mandalay - Silk workshop

Myanmar – Mandalay – Silk workshop

Myanmar - Mandalay

Myanmar – Mandalay

 

Myanmar - Chinese temple - Mandalay

Myanmar – Chinese temple – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Temple près du Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Temple près du Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

Myanmar - Pont d'U Bein - Mandalay

Myanmar – Pont d’U Bein – Mandalay

3. Bagan

Un endroit unique, emprunt d’une atmosphère presque magique – je vous invite à lire mes impressions et anecdotes dans un autre article consacré à mes 2 jours là-bas

P1070029 - Copie - Copie

4. Et le meilleur pour la fin : le lac Inle !

Même si mon arrivée là-bas a été difficile… Je vous laisse lire ceci. Les photos ci-dessous sont en ordre anti-chronologique, je ne maîtrise pas encore toutes les fonctions du CMS…

P1090026 - Copie P1080997 - Copie P1080951 - Copie P1080937 P1080923 P1080896 P1080880 P1080803 - Copie P1080797 P1080786 P1080776 P1080768 P1080762 P1080749 - Copie P1080734 - Copie P1080731 - Copie P1080722 P1080717 P1080682 - Copie P1080673 - Copie P1080654 - Copie P1080633 P1080588 P1080574 P1080562 - Copie P1080559 - Copie P1080554 - Copie P1080533 P1080526 - Copie P1080517 - Copie P1080506 P1080502 P1080495 P1080447 P1080437 P1080412 P1080397 P1080378

Myanmar - Inle Lake

Myanmar – Inle Lake

Myanmar - Inle Lake

Myanmar – Inle Lake

Myanmar - Inle Lake

P1080308 P1080300 P1080282 P1080260 P1080257 P1080246 P1080243 P1080193 - Copie P1080178 P1080170 P1080133 - Copie P1080129 - Copie P1080109 P1080090 P1080078

Myanmar - Inle Lake

Myanmar – Inle Lake

Myanmar - Inle Lake

P1080017 P1070981

Myanmar - Inle Lake

Myanmar - Inle Lake

Myanmar – Inle Lake

Myanmar - Inle Lake

Myanmar – Inle Lake

J’espère que les nombreuses photos que je partage dans les articles et la galerie ci-contre aident à imaginer l’ambiance particulière qui règne au lac Inle et plus généralement dans tout le pays. Il n’est pas étonnant que la Birmanie fasse actuellement partie des destinations coups de coeur des touristes. On fait un bond dans le temps et on réalise que tout change vite. Les habits occidentaux commencent à remplacer les longyis. Les jeunes femmes de Yangon remplacent le Thanaka par le mascara. Les scooters font fuire les rickshaws et taxi-vaches, les e-bikes les calèches… Mais certaines traditions perdurent : les « curries » locaux baignent toujours dans l’huile ! Et les Birmans chantent très régulièrement, pas uniquement sous la douche, ce qui m’a personnellement en-chantée.