Best of « équipement »

Sac à dos & Co

Quand on part pour un long voyage, comment optimiser le poids de son sac à dos tout en ayant avec soi ce qui est nécessaire ?

Le sac à dos devient presque votre « maison » pendant votre voyage. Comme me l’a dit un autre voyageur, c’est à la fois votre meilleur ami et votre pire ennemi. J’y ai souvent pensé pendant mon périple et trouve cette formule fort appropriée. Ceci étant dit, plus on voyage, moins le sac à dos prend de l’importance, et plus l’on s’en détache, plus on porte son attention sur l’essentiel. J’ai déjà mentionné dans la rubrique « impressions » que je me suis sentie de plus en plus légère au cours du voyage. Je n’ai pourtant pas vraiment réduit le poids du sac mais j’y attachais tout simplement moins d’importance.

Et pourtant, je ne suis honnêtement pas du tout une référence dans la préparation des bagages et encore moins dans l’optimisation du poids des bagages ! J’ai beaucoup voyagé dans ma vie, que ce soit pour le travail ou mes loisirs, et malgré cela, il m’est souvent toujours laborieux de préparer une valise même si je suis plus efficace qu’il y a quelques années. Je plaisante encore régulièrement avec la famille franco-américaine qui m’a (merveilleusement) accueillie comme jeune fille au pair quand j’avais 21 ans et a découvert que je transportais dans ma valise un nombre indécent de pairs de chaussures alors que j’allais rester chez eux deux mois durant l’été ! La plupart de mes chaussures sont d’ailleurs restées sagement dans la valise, ne foulant jamais le sol du Connecticut…

Si vous préparez un voyage en sac à dos, il est aujourd’hui très facile de trouver de nombreux conseils utiles sur les blogs de voyageurs. Je ne vais donc pas vous présenter une liste exhaustive. Comme je viens de l’expliquer, j’étais de toutes façons bien plus chargée que la moyenne des backpackers et pas du tout une référence en matière de voyage « léger ». Je partage néanmoins avec vous un conseil utile que l’on m’avait livré (merci Elisabeth, merci Gilles !) : la clé est de toujours avoir les mains libres, c’est primordial.

10527671_10152419778179067_8512971749212605285_n

Même si j’étais attentive avant mon départ à l’optimisation du contenu du sac à dos, j’étais relativement sereine car j’avais déjà eu une expérience, quelques années auparavant, de voyage en sac à dos durant 5 semaines, en Australie et à Bali. Je m’étais alors rendue compte que ce n’était pas si difficile que cela de vivre avec seulement quelques affaires, plutôt agréable même.

J’ai aussi tiré partie du fait que je rentrais en France entre mes quatre mois en Asie et mes quatre mois en Amérique Latine, pour voir ma famille et des amis, et que j’aurais donc la possibilité de ré-ajuster mon sac et de l’adapter à un nouveau climat.

Je vais partager avec vous ci-dessous le matériel que j’ai trouvé particulièrement utile durant mon périple, en espérant que cela puisse aider d’autres voyageurs.

1. La housse de sac Raincover Flightbag Active Leisure

C’est une housse de sac jaune fluo pouvant contenir un sac de 55 à 80 litres et qui se ferme entièrement contrairement aux housses de pluie qui couvrent en général partiellement les sacs à dos.

C’est un accessoire que j’ai beaucoup apprécié : très solide, pratique (fermeture éclair latérale avec une poignet et une grande anse résistantes), imperméable, lavable, léger et vraiment utile pour protéger de la saleté, des vols ou des tentatives de dépôt d’objet dans votre sac à votre insu (cf douanes / aéroports). Evidemment on n’est jamais à l’abri d’un coup de cutter mais c’est néanmoins une protection supplémentaire non négligeable.

Cette housse de sac m’a été conseillée par un couple de voyageurs qui m’a relaté que cette housse de protection leur a évité de changer tout leur sac à dos et contenu lors d’un voyage en bus où un bidon d’huile s’était renversé dans la soute, endommageant tous les autres bagages. Seul le leur avait été épargné grâce à cette housse imperméable. Cela paraît être un cas extrême mais je vous assure que votre sac sera trimballé dans des endroits sales, poussiéreux, boueux et parfois exposés à ce type d’incident si vous partez en tour du monde.

Un autre avantage est qu’il peut vous servir de sac de transport bis, par exemple lorsque vous partez en trek de quelques jours et laissez la plupart de vos affaires dans votre auberge ou guesthouse. Vous pouvez prendre avec vous votre sac à dos et laisser tout le reste dans cette housse que vous pouvez cadenasser.

Lors de mes recherches initiales, je ne l’avais pas trouvé sur des sites internet français mais il est en vente dans les magasins du Vieux Campeur à Paris. Il existe en noir et en jaune fluo. Je recommande le jaune flashy, particulièrement repérable, pratique pour le retrouver facilement parmi d’autres sacs et pour décourager les éventuels voleurs étant donné qu’il est peu discret.

La housse de sac après plusieurs mois de voyage... elle est sale mais mon sac à dos à l'intérieur est nickel !

La housse de sac après plusieurs mois de voyage… elle est sale mais mon sac à dos à l’intérieur est nickel !

2. Mes chaussures de rando Columbia

Vous allez porter quasiment les mêmes chaussures durant tout votre voyage. Leur choix est donc essentiel.

Après pas mal d’hésitations, je suis partie en Asie avec une paire de tongs, une paire de baskets et une paire de chaussures de rando montantes haut de gamme que j’avais mise longtemps à sélectionner. Au bout de deux mois de voyage, constamment dans un climat très chaud et humide, dépassant très souvent les 40 degrés celsius, j’ai réalisé que j’avais porté les chaussures de rando seulement deux fois… et qui plus est davantage pour me dire qu’il fallait que je les porte que parce que j’en avais réellement besoin. Je les ai faites réexpédier par colis bateau au bout de deux mois car elles prenaient beaucoup de volume et de poids dans mon sac à dos. J’ai terminé mes deux derniers mois en Asie avec ma paire de baskets qui faisait très bien l’affaire.

Lors de mon escale en France avant l’Amérique Latine, je suis partie en quête d’une nouvelle paire de chaussures de rando car il fallait que je trouve une paire qui supporte les climats froids, voire la neige. J’ai décidé cette fois de ne pas prendre de chaussures qui tiennent la cheville car j’aime la marche mais ne fais pas de randos difficiles et je ne me sens pas à l’aise dans des chaussures montantes.

J’ai trouvé chez Décathlon un modèle à la fois imperméable et respirant, ce qui est a priori unique sur le marché. Cela me convenait parfaitement pour mon périple en Amérique Latine où j’allais être confrontée à la fois au climat tropical du Brésil et aux températures glaciales de l’hiver en Bolivie, au Pérou et au Chili. J’ai adoré ces chaussures, elles étaient d’un confort absolu, de très bonne tenue en rando et effectivement à la fois imperméables et respirantes.

On est très très loin du chic des Louboutin mais côté confort et tenue je ne pouvais pas rêver mieux !

IMG_8235

Je dois également mentionner dans cette catégorie une paire de sandales élastiques confortables, solides, imperméables, lavables, plutôt jolies, qui tiennent le pied, et qui m’ont été offertes par ma soeur sur un marché à Sarlat. J’ai beaucoup apprécié ces sandales qui pouvaient à la fois me servir lors de petites randos ou de marches en ville, par climat chaud. J’ai même réussi à passer le barrage du physio du Sky Bar de Bangkok en portant avec une robe longue des sandales similaires (achetées sur un marché à Chiang Mai mais qui m’ont lâchées au bout de 3 mois) ! (Donc vraiment pas besoin d’embarquer des Louboutin…)

3. Les accessoires stars

Voici une liste d’accessoires qui m’ont été vraiment très utiles tout au long du voyage :

  • Les sacs de voyage « Compactor » qui permettent de réduire le volume de vos vêtements de 30% avec une compression d’air manuelle (en roulant une partie du sac, cela expulse l’air)
  • Les « zip bags » imperméables pour ranger et protéger vos sous, votre portable, vos sous-vêtements, vos produits de toilette susceptibles de s’ouvrir, etc.
  • Un ou deux cadenas à code (et non à clé car vous risquez de la perdre) pour fermer votre housse de sac et les casiers des auberges de jeunesse
  • Une petite multi-prise, très utile quand vous partagez la chambre avec plusieurs compères et qu’il n’y a qu’une seule prise !
  • Un adaptateur de prises de courant universel
  • Un petit sac Decathlon de 20L avec 4 poches et confortable à porter (larges bretelles réglables) : c’est celui que j’utilisais pour mettre tous mes objets de valeur hors pochette passeport/argent que je portais autour de ma taille
  • Une pochette plate qui se cache sous les vêtements pour avoir en permanence sur vous vos sous, passeport et autres documents importants – la prendre de préférence de couleur clair (discrète sous tout type de vêtements), « respirante » et lavable, surtout si vous partez dans des climats chauds
  • Un duvet compact Decathlon, léger et peu volumineux, utile en Amérique Latine lors des soirées très fraîches dans de nombreux hébergements sans chauffage
  • Les mini sacs à dos poids plume Decathlon (merci Amandine !) : ils ne pèsent rien, ne coûtent que quelques euros, se plient dans une mini pochette et sont très résistants et pratiques – c’est le sac que je prenais quand je partais faire une balade en vélo ou en ville
  • Un mini couteau suisse avec des ciseaux intégrés, pas plus grand qu’un pouce, offert par une amie Suisse rencontrée dans l’une des toutes premières auberges de jeunesse que j’ai faite il y a pas mal d’années
  • Une bonne lampe frontale, utile à la tombée de la nuit dans pas mal d’endroits en dehors des villes (surtout si vous circulez en vélo) et aussi en cas de coupures de courant, qui ne sont pas rares dans certains pays
  • De l’extrait de pépins de pamplemousse : plusieurs voyageurs m’ont conseillé d’en acheter car il est réputé aider dans la prévention d’un certain nombre d’infections
  • Un gel anti-bactérien
  • Un écran total visage non gras (Vichy) que j’ai utilisé comme crème de jour pendant mes huit mois de voyage étant donné que j’étais quasiment constamment exposé au grand air (quel bonheur !)
  • Un anti-moustique efficace (ne négligez pas les risques de paludisme et de dengue dans certaines zones)
Le sac de 20 L dans lequel je mettais mes affaires de valeur (hors passeport et argent)

Le sac de 20 L dans lequel je mettais mes affaires de valeur (hors passeport et argent)

IMG_8239

Sac à dos poids plume pliable

4. Mes compagnons « connexion »

  • Mon compagnon « photos » : le Lumix DMC FZ200 > c’est un appareil photo bridge, plus sophistiqué qu’un compact, plus léger et facile à utiliser qu’un réflex – je ne suis en effet pas du tout calée en techniques photographiques mais j’adore prendre des photos –  et c’est un vrai bonheur et jeu d’enfant avec cet appareil ! Les seuls inconvénients pour moi étaient qu’il ne disposait pas d’une fonction wifi ni de géo-localisation.
  • Un stylo de nettoyage pour appareil photo, un petit gadget très utile que j’ai utilisé quasiment tous les jours pour nettoyer la lentille de mon appareil qui a été soumis à la poussière, au sable, aux embruns et aux intempéries.
  • Le PC-tablette Asus T100 : j’ai passé pas mal de temps lors de mes préparatifs à étudier différents modèles et j’ai trouvé celui-ci qui répondait bien à mes critères : prix compétitif, poids plume, port USB, possibilité d’avoir une mémoire interne décente et une bonne autonomie en veille, environnement Windows car je voulais télécharger des applications de retouches et compressions photos que je connaissais déjà – j’ai eu des soucis de fabrication avec le premier modèle que j’avais commandé sur Amazon. Le service clients m’a proposé de le renvoyer gratuitement car il était sous garantie et j’ai commandé un nouveau modèle qui m’a été expédié en un temps record et a bien tenu la route.
  • Un iphone : il y a toujours un risque plus fort de vol avec les smartphones mais ses multiples fonctions sont vraiment pratiques en voyage > appareil photo d’appoint quand je ne voulais pas prendre avec moi le Lumix (en soirée par exemple), lampe torche, convertisseur de devises, « carnet » sur lequel j’écrivais des articles ou prenais des notes dans les transports (j’évitais de sortir mon PC), réveil, montre, lecteur de musiques (indispensable avec les nombreuses heures de transport), échanges Whatsapp avec ma famille et quelques amis, GPS quand je voulais vérifier qu’un taxi m’emmenait bien où je le voulais sans faire un détour (en téléchargeant les cartes au préalable pour les consulter en mode hors wifi – merci Adri pour le tuyau !), consultation de mes mails quand j’avais la wifi, carnet d’adresses que j’enrichissais au fur et à mesure de mes rencontres et même miroir car ma coque de téléphone est un miroir… ah oui, et il m’est arrivé parfois de l’utiliser en tant que téléphone mais finalement assez rarement car j’utilisais plutôt Skype sur mon PC !
  • Un disc dur externe pour sauvegarder toutes mes photos, vidéos, fichiers importants et transporter des films – j’ai aussi fait des sauvegardes sur une micro SD que j’ai expédiée par la poste quand elle était pleine.

5. Des vêtements polyvalents

Je recommande des vêtements légers, résistants (nombreux lavages…), confortables, qui sèchent vite, que vous ne craignez pas de perdre et que vous aurez envie de porter !

Pour ma part, j’aime beaucoup les marques Uniqlo et Decathlon qui offrent souvent des vêtements abordables, légers et bien adaptés aux voyageurs (doudounes poids plume, pantalon-shorts, polaire, leggings et chaussettes thermiques…).

IMG_3969

Je voyage également constamment avec un chèche, grand foulard ou paréo, que ce soit pour le travail ou en mode « backpackeuse ». C’est un accessoire que je trouve fort utile pour se parer contre les courants d’air et climatisations excessives, et qui peut vous servir de drap ou de robe de plage, de protection contre le soleil (épaule ou tête), de ceinture, à couvrir vos jambes et/ou épaules dans les sites religieux ou de couverture légère ou d’oreiller (roulé en boule) dans un transport.

P1150464

N’oubliez pas qu’il est par ailleurs souvent très facile de s’équiper directement dans les pays que vous visitez et souvent pour un coût bien plus raisonnable qu’en France, donc inutile de s’encombrer au départ. La plupart des pays d’Asie du Sud Est offrent notamment des pantalons élastiques légers et agréables à porter. Au Pérou, en Bolivie et au nord de l’Argentine vous trouverez des vêtements, bonnets, gants, écharpes, guêtres, chaussettes et ponchos en laine d’alpaga… chauds, beaux et peu onéreux, en plus d’être un souvenir ou un cadeau sympa.

Et puis profitez de pouvoir porter des ponchos multicolores qui s’intègrent merveilleusement au décor de l’Altiplano… un peu moins à celui du quartier d’affaires de La Défense !

P1230876

 

 

Publicités