Wahou, me voilà au Machu Picchu !

Jungle trek vers la plus belle cité inca du Pérou

Dates du séjour : du 28 au 30 juin 2014

Pour mon « reportage » complet sur le Pérou, veuillez lire cet article

Rien qu’en prononçant le nom « Machu Picchu », je me sens transportée vers un univers extraordinaire, avec la promesse d’une véritable aventure. Je trouve que ce son a quelque chose de magique, même si ce n’est pas le nom d’origine de ce site inca mythique mais celui que lui a donné l’historien américain Hiram Bingham qui a fait découvrir au monde entier cette cité perdue  en 1911.

Le véritable nom d’origine est Piqcho. Il s’agirait d’une ancienne retraite royale pour le roi inca Yupanqui-Pachacuti (1438-1471). Le premier « étranger » qui aurait visité ce site serait Diego Rodriguez en mai 1565. Hiram Bingham était le premier étranger de l’époque post coloniale à se rendre sur le site, conduit par un paysan de la région, le 24 juillet 1911.  Quoi qu’il en soit, c’est une sacrée découverte…

On n’aperçoit pas la cité depuis le bas de la vallée dans la ville d’Agua Calientes. Il faut une bonne heure de grimpe ardue par des escaliers bien raides pour atteindre le site, ou bien prendre le bus. J’ai opté pour la première option afin de limiter au maximum mes soucis de vertige. Et comme cet endroit est mythique, je me suis levée à 3h45 du matin pour retrouver le reste du groupe de mon trek dans une autre auberge un peu plus tard et atteindre le sommet à temps pour le lever du soleil. J’en ai franchement bavé car cela grimpait sérieusement et nous étions censés retrouver le guide sur le site à une heure précise, ce qui me laissait peu de temps de répit.

Avant cela, j’ai expérimenté avec pas mal d’effroi un « jungle trek », soit 3 jours de randos et activités sportives depuis Ollantaytambo jusqu’à Agua Calientes. J’avais bien précisé à l’agence de tourisme que j’avais une peur bleu des précipices et voulais éviter à tout prix les sensations de vertiges capables de me paralyser et de freiner le groupe avec qui je ferai le trek. L’agent m’a indiqué qu’il n’y aurait pas de problème, que la route était large et patati et patata (j’en profite pour faire un aparté et indiquer qu’il existe plus de 300 variétés de pommes de terres au Pérou…). Mais le résultat a plutôt été un trek pata-trac.

Cela a mal commencé dès le début du trek : j’ai poireauté quasiment deux heures sur la place du village avant que le bus ne vienne me chercher. Bienvenue en Amérique Latine ! J’ai commencé à avoir peur dès la montée en bus sur les routes de montagnes en épingles. Cela s’est corsé quand il a fallu enfourcher des VTT pour descendre ces mêmes routes de montagne, fréquentées qui plus est par des voitures, camions et bus. J’ai décliné cet épisode aventurier et me suis farcie deux heures de plus dans le bus avec un mal de tête grandissant, inhérent aux nombreux virages. Heureusement le bus suivait les VTTistes et allait lentement. Mais je n’étais pas au bout de mes peines…

P1200930 P1200932 P1200933

Après un déjeuner à 16h de l’après-midi dans le village de Santa Maria, le guide a demandé au groupe de le suivre pour rejoindre les auberges. Puis il s’est tourné vers moi en me disant que j’allais devoir prendre un « collectivo » (taxi partagé) pour me rendre à Santa Teresa, à une heure de route de Santa Maria. Je l’ai regardé en écarquillant les yeux car on ne m’avait évidemment pas précisé que je devais prendre un collectivo, tous mes transports étant censés être en bus et encore moins que j’allais changer de groupe en cours de route. Je n’avais pas le choix car le groupe allait faire le lendemain la randonnée la plus difficile du trek, celle que j’avais volontairement supprimée, sachant qu’il y avait des endroits vertigineux.

Je me suis donc retrouvée dans une vieille voiture sale et pleine de poussière qui ne m’inspirait pas du tout confiance, avec un chauffeur qui ne m’en inspirait pas davantage, et trois autres passagers : un monsieur et deux enfants péruviens. Je ne sais pas où était « Santa Maria » ce jour-là mais j’ai bien cru que c’était le dernier trajet de ma vie et qu’à chaque instant la voiture allait basculer des centaines de mètres plus bas dans le ravin. Le trajet a duré un peu moins d’une heure. Je suis arrivée dans un état second, pétrifiée, ruminant contre l’agent qui m’avait promis que je n’aurais pas le vertige. J’ai de nouveau râlé quand on m’a emmenée dans un dortoir rudimentaire alors que j’avais spécifiquement demandé des chambres individuelles en payant un peu plus que le prix standard. Voyant que mes nerfs commençaient à lâcher, mon nouveau guide a cédé et j’ai finalement eu gain de cause avec mon hébergement. Le soir j’ai retrouvé pour le dîner un nouveau groupe « jungle trek » d’une quinzaine de personnes. Et Sainte-Marie est revenue.

Ils étaient très accueillants et cela m’a fait du bien. Ils ont d’ailleurs été très patients et vraiment sympas tout le long des deux jours suivants et jusqu’au train retour vers Cusco. Ces rencontres chaleureuses et bienveillantes m’ont largement aidée à avaler la « pilule » du trek qui m’avait été vendu « garanti sans vertige » . Il y a eu d’autres couacs, et pas seulement à mon niveau. Plusieurs personnes du groupe avaient payé pour réserver le Zip Line qui était optionnel (option que j’avais pour ma part déclinée). Or une personne n’a pas pu le faire alors qu’elle était persuadée avoir réservé l’option au préalable. Idem pour la montée du Wayna Picchu qu’il faut réserver en avance et que plusieurs personnes n’ont pas pu faire malgré leur pré-réservation auprès d’agences peu sérieuses. Et pour finir en beauté, nous avons attendu plus d’une heure le guide qui devait nous faire la visite du Machu Picchu au lever du soleil sans savoir où il était…

Bon, maintenant que j’ai dressé le cahier des doléances, le Machu Picchu restera un souvenir inoubliable dans le bon sens du terme. Le lieu est tout simplement incroyable. L’architecture est vraiment impressionnante et l’écrin naturel dans lequel se trouve la cité à couper le souffle. Il est difficile d’imaginer comment ont été construits les temples, les maisons, les ruelles, comment ont été transportées les pierres, énormes. C’est l’un des endroits les plus abrupts que j’ai pu voir. Une fois les quelques nuages du matin dispersés, le soleil irradie le site. Le climat est quasiment tropical. Il fait d’ailleurs doux à Agua Calientes en bas de la vallée, même le soir, un changement radical et agréable par rapport à Cusco. Il y a beaucoup de végétation et c’est ce qui m’a permis de grimper le flanc abrupt de la montagne sans avoir peur, puis de de prendre le sentier qui mène au Sun Gate en 40 minutes environ (Intipuku). Il est relativement facile et suffisamment large pour les personnes souffrant comme moi de vertige. La vue depuis la porte du Soleil est magnifique. Ce sentier est par ailleurs gratuit et ne nécessite aucune réservation, ce qui n’est pas le cas du Wayna Picchu et de la Machu Picchu Mountain, eux bien difficiles à appréhender pour les poules mouillées de la hauteur. J’ai croisé sur ce sentier un Roumain bien sympa qui habite Toronto et cela a rendu la balade encore plus agréable.

J’ai redescendu le flanc de la montagne par le même sentier et j’avais les jambes qui flageolaient de fatigue à la fin de la journée, comme pour les 1200 et quelques marches du temple bouddhiste à Krabi en Thaïlande…

Je n’ai pas pu prendre de douche en rentrant car toutes les chambres de l’hôtel étaient soi-disant louées. Mon train était à 21h avec une arrivée à Cusco à 1h du matin… le retour a été éprouvant, je me sentais comme une clocharde, mais j’avais des étoiles pleins les yeux…

Quand je revois les photos, je suis encore impressionnée, j’ai presque des frissons. C’est un endroit qui me subjuguait et que je redoutais en raison de sa hauteur. Je suis heureuse et fière de l’avoir fait. Je confirme que ce site vaut le déplacement au Pérou et en Amérique Latine tout comme la Muraille de Chine ou la Baie d’Along en Asie. Une nouvelle merveille du monde à mon actif ! J’ai vraiment bien fait de déterminer mon itinéraire en fonction de ces merveilles que je voulais voir avant de ne plus avoir l’énergie de le faire. On n’a qu’une vie…

Le trek en images :

Le second jour du trek, j’ai fait une randonnée de 4 heures le matin, et 3 heures l’après-midi en partant depuis Santa Maria en passant par Hydroelectrica jusqu’à Agua Calientes. J’étais accompagnée de touristes espagnols, croates, néo-zélandais, suisses, anglais, hollandais et américains, un groupe très sympathique qui m’a aidée à franchir les voies ferrées élevées au dessus des rivières.

P1200951 P1200953 P1200955 P1200960 P1200966 P1200970 P1200975 P1200977 P1200994 P1200995 P1210006 P1210012 P1210014

Arrivée à Agua Calientes, au pied de la montagne du Machu Picchu :

P1210018

Levée à 3h45 du matin pour atteindre le Machu Picchu avant le lever du soleil…

P1210023

Et découvrir un site exceptionnel…

P1210032 P1210036 P1210033 P1210039 P1210040 P1210042 P1210043 P1210049 P1210054

Repérez la rivière au fond de la vallée.

Repérez la rivière au fond de la vallée.

Le pont de la voie ferrée que j'ai traversé la veille à pied.

Le pont de la voie ferrée que j’ai traversé la veille à pied.

C'est tout de même très très raide...

C’est tout de même très très raide…

P1210061 P1210067 P1210069 P1210070 P1210110 P1210115 P1210124 P1210076Séquence lamas avec un show « Lama-Sutra » qui a laissé les touristes pantois…

P1210075

Hola, qué tal?

Hola, qué tal?

T’as d’beaux yeux tu sais.

P1210135 P1210137

Il faut croire qu'ils ont l'habitude de fixer l'objectif avec tous ces touristes !

Il faut croire qu’ils ont l’habitude de fixer l’objectif avec tous ces touristes !

P1210147

Et c'est parti pour le lama-sutra !

Et c’est parti pour le lama-sutra !

P1210162 P1210164 P1210167

Câlinou avec sa maman ! (ou son papa ?)

Bébé câlin…

Ah oui, le bisou de la précédente photo devait être avec son papa étant donné celle-là...

Lama-sutra suite

Lama-sutra suite

P1210192 P1210193

Reprenons notre visite du site sans la distraction lama-ique :

P1210204 P1210205 P1210206

En route pour la porte du soleil...

En route pour la porte du soleil…

P1210223 P1210227 P1210221 P1210225 P1210239 P1210240 P1210242

Parfois je préfère raser les murs...

Parfois je préfère raser les murs…

P1210247 P1210257

Vue depuis le Sun Gate

Vue depuis le Sun Gate

P1210261 P1210266

Avec Andrei, un compagnon de route roumain

Avec Andrei, un compagnon de route roumain

Quelle lumière...

Quelle lumière…

P1210286 P1210287 P1210289

The Machu Picchu rocks!

The Machu Picchu rocks!

P1210294 P1210296 P1210298 P1210299 P1210301 P1210303 P1210305 P1210308 P1210313 P1210314 P1210315

C'est vraiment vraiment à pic...

C’est vraiment vraiment à pic…

P1210320 P1210326 P1210329 P1210331 P1210335 P1210337 P1210341 P1210344 P1210348 P1210351 P1210354 P1210357 P1210359 P1210360 P1210362

Bisous bisous avec maman cette fois

Bisous bisous avec maman

P1210370 P1210374 P1210375 P1210381 P1210382 P1210384 P1210385 P1210389 P1210393 P1210396 P1210397 P1210399 P1210403

 

Publicités

La Vallée Sacrée et les environs de Cuzco

Pisac, Andahuaylillas, Chinchero, les (magnifiques) Salinas de Maras, Moray et Ollantaytambo

Dates du séjour : 26 et 27 juin 2014

Pour mon « reportage » complet sur le Pérou, veuillez lire cet article

En compagnie de Gonzalo qui était venu depuis Lima passer le week-end avec nous, nous avons visité le village de Pisac et son célèbre marché, qui m’a en fait un peu déçue. Les paysages alentours étaient cependant magnifiques.

P1200144 P1200151 P1200155

P1200156

Le lendemain, Catherine et Luis m’ont convaincue d’aller en bus local à Andahuaylillas, un village qui cache un trésor peu connu : une église exceptionnelle du XVIe siècle surnommé « la Chapelle Sixtine de l’Amériqque Latine ». Le trajet, d’une heure environ depuis Cuzco, n’était pas trop ardu malgré la chaleur du bus et le fait que l’on a failli rater l’arrêt… Heureusement que ma voisine me l’a signalé ! L’église est l’une des plus belles que j’ai vues à ce jour, avec des fresques peintes en excellent état, un autel baroque entièrement doré à la feuille d’or et bien d’autres trésors. Il est interdit de prendre des photos à l’intérieur, donc en voici seulement quelques-unes du village et de la façade de l’église.

P1200392 P1200396 P1200399 P1200405 P1200408

Nous avons également visité tous les trois la vallée sacrée, en louant les services d’un chauffeur à la journée. Il m’a déposée à Ollantaytambo où j’ai passé la nuit pour être récupérée le lendemain matin (avec une heure et demi de retard, bienvenido en America del Sur !) afin de faire le « jungle trek » direction Machu Picchu.

Nous nous sommes d’abord arrêtés dans le village de Chinchero dans un centre artisanal de teinturerie, très touristique mais néanmoins intéressant. On nous a montré à partir de quels produits naturels sont réalisées les teintures, le plus surprenant étant la cochenille enfouie dans les cactus dont le sang colore de rouge les laines mais également les produits de beauté comme le rouge à lèvres. Nous étions également impressionnés par l’efficacité d’une racine locale qui sert de détergent et fait passer en quelques secondes des filaments de laine grisâtres à un blanc étincelant ! Tout comme le sourire de la dame qui nous faisait toutes les démonstrations ! Nous en aurions bien ramené dans notre malle de souvenirs mais comme il s’agit d’une plante, c’est interdit à l’exportation… J’ai craqué pour un pull un alpaga initialement repéré par Catherine et j’ai failli craquer pour les splendides chemins de table mais les prix étaient très élevés. A défaut je les ai pris en photo…

P1200660 P1200661 P1200665 P1200667 P1200668 P1200673 P1200675 P1200683 P1200684 P1200685bis P1200687 P1200690 P1200691 P1200698 P1200699 P1200700

Nous avons ensuite rejoint les Salines de Maras et la surpise a été grandiose… Un véritable patchwork ocre, marron et blanc à flanc de montagne, sur plusieurs centaines de mètres. C’était vraiment époustouflant. Catherine et Luis m’ont dit que cela leur rappelait les teintureries de Fès au Maroc, sans l’odeur nauséabonde. Après avoir fait un arrêt photo en face des Salinas, nous nous sommes rendus directement sur le lieu. On pouvait marcher sur les bords des salines et cela m’a fait penser à ma matinée dans les rizières du Yunnan, que j’avais tant appréciée.

P1200704 P1200706 P1200707 P1200711 P1200719 P1200721 P1200726 P1200730 P1200732 P1200734 P1200735 P1200737 P1200741 P1200747 P1200752 P1200754 P1200756 P1200773 P1200777 P1200785

Après une pause-repas, nous sommes partis en direction du site inca de Moray. La route était très belle, avec des champs de blé qui dansaient devant les montagnes.

Moray est un ancien centre de recherche agricole inca situé dans la Vallée sacrée des Andes, à 3 500 m au-dessus du niveau de la mer, 50 km au nord-ouest de Cuzco et environ 7 km des salines de Maras.

A première vue, le site se présente comme un amphithéâtre principal et de deux secondaires, plus petits à proximité. Ils sont constitués de plusieurs terrasses disposées en cercle concentriques. En fait il s’agissait d’un laboratoire d’agronomie inca où étaient pratiquées des expériences de culture.

La position des terrasses crée toute une série de microclimats : la température est plus élevée au centre mais diminue ensuite en fonction de la distance de chaque terrasse. Cela permet de simuler une vingtaine de microclimats différents. Chaque terrasse représente  environ mille mètres d’altitude et sa température est directement liée à sa profondeur et à l’épaisseur de ses murs (qui emmagasine la chaleur de la journée pour la rediffuser pendant la nuit). Entre la plus profonde et la plus haute, on distingue un écart de 5 °, mais chaque zone doit à l’ingénieuse construction d’éviter les variations de température en son sein. On pense que Moray a notamment servi à prévoir les rendements agricoles, non seulement dans la Vallée sacrée mais aussi dans d’autres partie de l’Empire Inca. Il semble aussi que les incas y « importaient » des plantes « exotiques » et tentaient de les acclimater aux conditions locales.

Les terrasses sont constituées de murs de soutènement, de terre fertile et d’un système d’irrigation complexe permettant de cultiver plus de 250 espèces de plantes.

Source: Wikipedia

P1200791 P1200792 P1200793 P1200794 P1200799 P1200811 P1200815 P1200820 P1200821 P1200824 P1200825 P1200826 P1200828 P1200833 P1200841 P1200842 P1200843 P1200847 P1200849 P1200851 P1200855 P1200858

Nous avons également traversé un village rural dans lequel avait lieu une sorte de corrida…

P1200865 P1200878

Enfin, nous sommes arrivés à Ollantaytambo où j’ai visité avec Catherine et Luis la magnifique forteresse inca. Ce village est aujourd’hui l’un des plus fidèles à l’architecture inca d’origine. J’ai ensuite fait une grosse bise d’au-revoir à mes deux amis qui repartaient pour Cuzco. C’était un peu bizarre et triste de les voir partir après ces belles journées passées ensemble. Mais le Machu Picchu m’attendait…

P1200885 P1200886 P1200890 P1200897 P1200898 P1200906 P1200914 P1200915 P1200917 P1200918 P1200922 P1200925 P1200926